La Presse

Libération

"Dans le sillage de leurs aînés de Plume, d'Archaos ou de personnalités comme les jongleurs Jérôme Thomas ou Nikolaus, une nouvelle génération d'artistes -acrobates comme Jorg Muller, manipulateurs d'objets comme Johann Le Guillerm ou Ezec Le Floc'h- tente de définir le champ d'action du cirque. L'occasion de créer de nouveaux registres de jeu, d'interroger le matériel, voire de l'adapter et d'envisager la scénographie comme un réel support artistique à l'excellence du corps.»

 

La Scène

"il est surtout connu comme "le jongleur au bilboquet", dont il fait une utilisation malicieuse. Autant danseur que jongleur, Ezec Le Floc'h incarne en quelque sorte le double de son objet fétiche, offrant ainsi au bilboquet une dimension poétique insoupçonnée.»

 

Todd Strong, IJA (Las Vegas)

"Ezec first appeared in a number spoofing his own interest and obsession with the bilboquet. Striking grand poses, it was clear the artist wanted to impress, if only he could have gotten that ball off the stick! Determination was not enough for this first appearance, however, as his valiant (but failed) efforts to control the bilboquet made for great comedy. the satire was enhanced in a later number when he wowed folks with his mastery of the prop in a dramatically choregraphed routine.»

 

L’Humanité

"Une boule d'un blanc laiteux, suspendue à la nuit par un fil, glisse jusqu'à la main d'un jongleur qui, à son contact, découvre le toucher, la sensation, la beauté intrinsèque et pure des choses. La grâce et la légèreté puisent leur énergie dans la transcendance des arts martiaux. Peu à peu l'artiste maîtrise son univers, un bilboquet, mappemonde qu'avec dextérité il invite à danser.»

 

Julie Delcomminette, Service Culturel ville de Castanet Tolosan.

«Que faire pendant une heure avec un bilboquet? Ezec Le Floc’h nous montre tout son art dans ce pari étonnant : rendre drôle et poétique la jonglerie aux bilboquets. On ne s’ennuie pas une seule seconde tant l’utilisation du bilboquet est élégante et nous subjugue à chaque instant. Avec sa grâce et son humour, cet artiste a ravi petits et grands.»

 

Chantal Larrère, journaliste du Sud-Ouest (Biarritz)

"Un quoi ? Un jongleur et son bilboquet. Peut-être, alors, vaudrait-il mieux dire deux, tant la présence de ce bilboquet est forte sur scène. Mais non, Ezec Le Floch donne vie à cet objet un peu désuet, ne le lâche plus et fait bien « Un » avec lui sur scène. D'images poétiques en gags finement ciselés, ce chantre du nouveau cirque invite le spectateur à le suivre dans son monde de pure fantaisie.»

 

La montagne (Cusset)

"Lui et son bilboquet ne font qu’UN, titre de son spectacle. De ce jeu énervant de vielles cours de récré, il fait jaillir un art visuel étonnant et rare. Clown facétieux, l’artiste fait participer le public qui l’aide bien volontiers à maîtriser ce petit bout de bois indiscipliné : un spectacle étonant en communion  parfaite avec le public.»

 

Le Bien Public (Beaune)

"Le crâne rasé, comme une boule de bilboquet, il intrigue. Le spectacle est parti sur des bases très sérieuses, le public ne bronche pas, retenant son souffle comme le jongleur lui-même. Petit à petit, la prestation prend de l’ampleur et gonfle comme les minuscules bilboquets qu’il expose jusqu’aux plus gros. Ezec amuse et montre que sa pratique n’est pas sortie de la dernière pluie bretonne. Il devient clown, perché sur une valise, en équilibre instable, afin de pouvoir utiliser un bilboquet dont la corde est trop longue. Moment de fou rire puis de candeur quand un jeune enfant, particulièrement bon joueur, vient l’aider dans son absurde attitude.

Un beau moment de nouveau cirque, unique, comme son intitulé Un l’indique. Les spectateurs, dont beaucoup de jeunes, s’étonnent, rient des réussites comme des ratages propices à l’improvisation.

La discussion Bord de scène avec le public a montré qu’Ezec Le Floc’h savait parler de son métier.»

 

B.C, journaliste La Dépèche (Decazeville)

"un nouveau spectacle d'un genre encore inédit de jongleries au bilboquet. Durant près d'une heure, ce jongleur a passionné la salle en exploitant avec une créativité débordante de surréalisme tous les tableaux d'usage du bilboquet. Avec adresse, doublée de maladresses délibérées, parfois de burlesque, l'artiste se retrouvait souvent dans des situations aussi ridicules qu'imprévues, déclenchant ainsi l'hilarité du public, pour finalement réussir ses coups salués par des applaudissements nourris. En sortant de sa valise toute une série de bilboquets des plus étranges, des plus grands aux plus petits, le dernier étant si minuscule qu'il échappait aux regards des spectateurs applaudissant sans restriction lorsqu'il réussit virtuellement sa jonglerie. Jongleur, mais également danseur, équilibriste fantaisiste il a fortement amusé le public conquis par ses excentricités.

 

ML Corres, journaliste du Midi Libre (Clapiers)

"Ezec Le Floc’h a réussi, avec son bilboquet, à réunir l’assemblé dans un même rire. beau spectale, élégant, fin ,drôle, qui tourne depuis 1996 et que les enfants de tous âges, ont su apprécié. Et quel plaisir!»

 

Catherine Dabord, journaliste du Sud-Ouest (Tonneins)

"Ezec le Floch et son bilboquet ont offert aux enfants et à leurs parents de grands moments de rire..»

 

L’Union - (Manêge de Reims)

"Un ! Un titre choc. Façon pour le circassien Ezec le Floc’h de nous mettre un point sur le i ? Oui, le bilboquet appartient bel et bien aux arts de la jongle. Et le doute ne sera plus permis après avoir assisté à ce dialogue entre l’artiste et ses sphères de bois virevoltantes. Du piccolo au modèle XL, Ezec le Floc’h apprivoise le bilboquet - ô combien rebelle - avec fantaisie et subtilité. .»

 

Le Télégramme (Pont-l’Abbé)

"Avant son entré sur scène, d'Anne Sylvestre a offert la première partie de son spectacle au jongleur de bilboquet, Ezec Le Floc'h. Étonnant, il s'est livré à de magistrales figures au cerf-volant, avec des boules de feu et au bilboquet. Le public fasciné était sous le charme.»

 

l’Echo (Festival de Nexon)

"Avec persévérance et inventivité, il a dompté le drôle d'objet. Ce qu'il parvient à réaliser avec cette boule blanche est phénoménal.»

 

DNA (Obernai)

"L'image est belle, les gestes épurés s'enchaînent en une danse, Les enfants retiennent leur souffle. Ezec Le Floc'h, clown nouveau s'est montré brillant, drôle à pleurer de rire, avec une sobriété et une esthétique rares....»

 

La Marseillaise (Fos/mer)

Ezec Le Floc'h, s'est taillé un beau succés lors de la soirée d'ouverture du théâtre de Fos/mer. Plus de 600 personnes ont assisté, samedi dernier à cette première qui en a étonné plus d'un. Il faut dire qu'il est peu courant de voir sur scène un jongleur au bilboquet. Des jigures éxécutées avec grace, naturel et humour, laissant la salle sous le charme. Une complicité s'est, peu à peu, instaurée avec le public ravi et ce personnage attachant; quelques enfants sont même sur scène, partageant pendant un instant le plateau avec cet artiste hors du commun. Le final, un numéro aux bilboquets enflammés, a enchanté les spectateurs qui en demandaient davantage»

 

Christophe Viguier, journaliste Sud-Ouest (CIRCA Auch)

"Reste que présenter sur la même scène les Nouveaux-Nez, les Acrostiches, Ezec et son bilboquet,le chapeau et la balle rouge de Nikolaus n'entre pas dans le buget de n'importe quel programmateur.

 

M.T Colin, Journaliste à l’Est Républicain (Nancy)

"Merveilleux Ezec Le Floc'h dont on se demande quel est son art: la danse ou l'adresse au bilboquet.»

«Ils garderont, comme les spectateurs sans doute, les instant inoubliables où ils ont accompagné le bilboquetiste Ezec Le Floc'h.»

Bruno Deheneff, Journaliste au DH (Festival de Tournay)

"Le prix de la presse va, quand à lui, à Ezec Le Floc'h (France) dont le bilboquet et le look extravagant ont créé la sentation sous le chapiteau. Adulé par les uns, décrié par les autres, cet adepte du bilboquet et de la culcture zen n'a laissé personne indifférent.»